« VISAGE DE FEMMES » : DESIRE ECARE RESSUSCITE 40 ANS APRES DANS LES SALLES FRANÇAISES

L’idée de la restauration du film culte « Visage de Femmes » de feu le cinéaste ivoirien Désiré Ecaré et du début de sa rediffusion en France dans la prestigieuse salle de cinéma REFLET MEDECIS dans le 5e arrondissement de Paris résulte sans nul doute de sa portée historique mais aussi son thème.

« VISAGE DE FEMMES » : DESIRE ECARE RESSUSCITE  40 ANS APRES DANS LES SALLES FRANÇAISES

De l’au-delà, Désiré Ecaré et presque toute sa bande aussi disparue replongent un tant soit peu dans le bonheur du cinéma africain des années 80 avec « Visage de femmes ». 

 Tous étaient ainsi réunis samedi 12 mars autour de Sidiki Bakaba, l’un des seuls rescapés du film pour la grande première d’après restauration, plus de 40 ans après sa diffusion. L’occasion était donc solennelle, voire spirituelle entre la projection et ces petits moments de partage entre cinéphiles, hommes de cinéma et autorités présentent.  

Ce film revêt tout de même un caractère spécial pour avoir été un des premiers films africains à mettre la femme en avant plan.  Considéré comme un film météorite, d’aventure, et d’expérience, cette réapparition de « Visage de femmes » reste une grosse surprise. 

Et c’est tout à fait exclusif parce que ce film ne ressemble à rien qu’on ait jusque-là pu voir dans le cinéma africain. Sans compter qu’il est le premier film africain à avoir obtenu le prix FIPRESCI de la critique internationale au festival de Cannes et reçu le label LUMIERE CLASSICS.

Désiré Ecaré avait ainsi après plus de 10 années qu’ont durées le tournage de ce film su graver le sujet du féminisme dans les esprits sur le continent mais aussi en Europe. Et même s’il avait été traité de tous les noms dans son pays à cause de la scène culte d’amour dans un marigot, il pouvait être heureux de son travail. 

Il faut cependant noter que c’est au bout d’une année que le film avait finalement été autorisé en salle non sans la mention de l’interdiction au moins de 18 ans.  Le succès de ce film selon Désiré Ecaré dans l’extrait d’un article du Nouvel Observateur en date du 28 juin 1985, avait été forgé par sa conviction que les africains avaient besoin de se voir en situation.

Le retour de visage de femme dans une version restauré en 4K pour 105 minute de cinéma à l’ancienne est d’autant plus une grande surprise de résurrection, d’un réalisateur, mais aussi d’un combat avant-gardiste des années 70 autour du féminisme qui retrace un pan d’histoire africaine profondément humain teinté de gaieté, de tristesse, de mesquinerie, dominé par de tenaces volontés de femmes.

Diffusion : « Visage de femmes » un film de Desire Ecaré (copie restaurée, Vorster 1h45